Comment financer ses obsèques ?

Les solutions de financement des obsèques

Financer ses obsèques requiert un peu d’organisation : le coût moyen des funérailles dépasse les 2000€ de nos jours, il faut donc penser à mettre cette somme de côté, si vous le pouvez, afin de ne pas imposer ce coût à vos proches au moment de votre décès.

Quelles sont les solutions de financement et les aides disponibles ? Santiane.fr fait le tour des possibilités qui s’offrent à vous et à vos proches.

Financer ses obsèques soi-même

Prélèvement bancaire sur le compte du défunt

Vous pouvez mettre de l’argent de côté sur votre compte courant ou sur un compte d’épargne, dans le but de vous constituer un « capital obsèques ». Le jour venu, vos proches ont en effet le droit de prélever une somme sur votre compte (dans la limite de 5000€) pour financer vos funérailles.

D’un point de vue pratique, vos proches devront faire la demande auprès de votre banque, et c’est celle-ci qui effectuera directement le paiement auprès de l’organisme funéraire (l’argent n’est pas transféré sur le compte de vos proches).

Souscrire une assurance obsèques

L’assurance obsèques permet de constituer, de votre vivant, un capital qui sera dédié au financement de vos funérailles, en contrepartie du prélèvement de cotisations. A votre mort, ce capital sera versé à l’organisme funéraire ou à des bénéficiaires que vous aurez au préalable désignés.

Vous pouvez même souscrire un « contrat en prestations » qui établit à l’avance les prestations funéraires dont vous souhaitez bénéficier le jour venu.

Paiement par déduction sur la succession

Il est possible de déduire directement de l’héritage une somme destinée au paiement des funérailles du défunt. Attention cependant, cette somme ne peut excéder 1500€, un montant qui reste faible par rapport au coût moyen des obsèques en France.

Dans ce cas, il vous faudra fournir aux impôts un justificatif permettant d’attester que la somme déduite a effectivement servi à financer les obsèques du défunt.

Les solutions « coups de pouce »

Prise en charge par la Sécurité Sociale

Dans certains cas la Caisse d’Assurance Maladie peut verser aux proches du défunt un capital décès. C’est notamment le cas si la personne décédée était encore en période d’activité en tant que salarié au moment de sa mort.

Les bénéficiaires de ce capital sont les ayants droits du défunt : selon les situations, ceux-ci peuvent donc être le conjoint marié ou pacsé, les enfants, ou les ascendants (parents, grands-parents…)

Le montant du capital est forfaitaire depuis 2015, et s’élève à 3400€ (à noter que ce forfait sera revalorisé chaque année).  Pour l’obtenir, il faut en faire la demande auprès de la caisse d’assurance maladie du défunt, dans un délai de 2 ans après sa mort. Pour plus d’infos, consultez le site ameli.fr.

Prise en charge par la caisse de retraite ou la mutuelle

Il est parfois prévu que la caisse de retraite du défunt prévoie une prise en charge des frais de funérailles. Idem pour les complémentaires santé : certaines incluent une garantie décès qui prévoit le versement d’une somme pour aider la famille de l’adhérent à faire face au décès ou financer ses funérailles.

Sous forme de prime ou de capital dont le montant est précisé dans les clauses du contrat, ce coup de pouce financier peut être versé aux proches du défunt, ou directement à l’organisme funéraire.

Financement par la commune

Si le défunt et ses proches sont sans ressources, la commune de résidence du défunt doit prendre en charge les frais d’inhumation, et désigne un prestataire funéraire. Il faut bien sûr dans ce cas fournir une preuve d’insolvabilité.