Traitement d’un lipome ou boule de graisse : dans quels cas bénéficier d’un remboursement ?

Le lipome prend la forme d’une boule de graisse sous-cutanée de quelques centimètres de diamètre qui peut être localisée sur différentes parties du corps (jambe, bras, cou, torse, sein, dos…).  
 
Généralement bénigne, elle peut cependant occasionner une douleur ou une gêne fonctionnelle ou esthétique chez certains patients ; ainsi il est parfois nécessaire de procéder à un traitement ou à une opération chirurgicale.
 
Comment traiter un lipome ? Quels remboursements existent ? Votre courtier comparateur Santiane.fr vous aide à trouver les réponses à vos questions.
 

Comment identifier un lipome ?

 Aspect et types de lipomes
 
Comment mentionné en introduction, les lipomes sont des boules de graisse lisses, rondes et relativement molles mesurant en moyenne 5 cm de diamètre. Ils se forment sous la couche superficielle de la peau (épiderme) par prolifération de cellules du tissu adipeux, sans que l’on n’en connaisse vraiment l’origine. 
 
Plus rarement, certains lipomes peuvent se former dans les muscles ou les organes, et parfois être vascularisés (ex. l’angiolipome, constitué d’un mélange de graisse et de vaisseaux sanguins), compliquant dans ce cas le traitement ou l’opération.
 
Souvent qualifié de “tumeur” bénigne, le lipome n’est dans la grande majorité des cas pas cancéreux. Il est souvent localisé au niveau des omoplates ou de la clavicule (la “ceinture scapulaire”), mais peut potentiellement apparaître sur différentes parties du corps : cuir chevelu, visage, cou, bras, sein, torse, dos, cuisse... 
 
Dans le cas où plusieurs lipomes apparaissent proches l’un de l’autre dans une même zone, on parle de lipomatose.
 
On peut distinguer trois principaux types de lipomes :
 

  • Le lipome “circonscrit” : il se forme sous la peau ou dans un muscle, et est fréquemment localisé au niveau de la nuque, du dos, des épaules ou des cuisses ;
  • Le lipome diffus : plus rare, il a tendendance à la récidive locale après traitement ou ablation ; 
  • L'adéno-lipomatose : présence d’un lipome accompagné d’un gonflement des ganglions lymphatiques (“adénopathie”)

 

Causes et symptômes associés

Un lipome survient quand il y a prolifération locale de cellules graisseuses, aussi appelées “adipocytes”. L’origine exacte de ce phénomène est encore aujourd’hui inconnue ; cela dit il a été mis en avant des facteurs génétiques héréditaires dans la formation du lipome multiple (lipomatose). Le potentiel rôle déclencheur d’une blessure ou d’un choc a été évoqué, mais l'hypothèse reste à ce jour incertaine.

Il n’existe pas de symptômes particuliers à l’exception de la formation d’une boule de graisse de consistance molle et élastique, bien délimitée, de taille variable et généralement indolore -les possibles douleurs viennent de la compression des tissus ou nerfs situés à proximité lors d’un mouvement physique.

Diagnostic et traitement d’un lipome 

Modes de diagnostic d’un lipome

Le diagnostic d’un lipome s’effectue par observation et palpation, pouvant être réalisée par un médecin généraliste ou un dermatologue.
Il ne doit pas être confondu avec un kyste sous-cutané ou un liposarcome (lipome d’origine cancéreuse, rare), ainsi une analyse des tissus (biopsie), une analyse sanguine ou une échographie/IRM viennent parfois compléter le diagnostic médical.

Les options de traitement d’un lipome

En fonction du niveau de gêne fonctionnelle ou esthétique, peuvent être envisagées plusieurs alternatives de traitement : 
 

  • la non intervention : si la boule de graisse n’engendre pas de gêne particulière et est non cancéreuse, elle peut être laissée en l’état mais il est préférable de réaliser un suivi régulier car le lipome peut grossir en taille et devenir gênant à un certain stade ; il est cependant à noter que les cas de récidives sont nombreux dans le cadre d’un traitement par liposuccion 
  • l’opération : en cas de lipome douloureux (c’est le cas des lipomes logés à proximité des muscles), de grande taille, particulièrement visible, ou jugé dangereux, l’ablation chirurgicale (lipectomie) ou la liposuccion (élimination par aspiration de la graisse) peuvent être nécessaires. 
  • l’injection locale de corticoïdes : cela peut être une solution pour les patients dans l’impossibilité de recevoir une intervention chirurgicale, ou dans le cas de lipomes multiples qui nécessiteraient de nombreuses ablations et donc occasionneraient de nombreuses cicatrices. L’injection de corticoïdes permet de réduire le lipome mais ne le fait pas disparaître totalement 
  • le traitement naturel : il existe des traitements applicables en homéopathie, en particulier dans le cas de lipomes localisés dans le cou et le dos, citons ici deux substances : Thuya occidentalis et/ou Baryta carbonica (aussi utilisée pour les verrues ou l’acné). 

A noter : il arrive qu’un lipome se résorbe de lui-même et disparaisse en l’absence de traitement et sans raison évidente, ce qui reste inexpliqué à ce jour.
 

Lipome : quels remboursements existent ?

 
Il s’agit tout d’abord de déterminer la nécessité médicale d’une intervention ou non.
 
Pour toute opération justifiée uniquement par des considérations esthétiques, aucun remboursement par la Sécurité sociale ne pourra être envisagé.
 
En cas de gêne fonctionnelle réelle ou de douleur, l’ablation devient une nécessité médicale. Dans ce contexte la Sécurité sociale rembourse une partie de la consultation pré-opératoire et de l’acte chirurgical (70% du Tarif Conventionnel). Elle est généralement pratiquée chez un dermatologue ou en hôpital en chirurgie ambulatoire. Dans ce cas, la Sécurité Sociale peut couvrir une partie du coût d’hospitalisation (80% du Tarif de Convention, aussi appelé BRSS pour Base de Remboursement de la Sécurité Sociale). 
 
Cependant, le coût d‘une hospitalisation peut être très élevé, il peut donc s’avérer très utile de bénéficier d’une bonne mutuelle et d’une couverture santé efficace pour prendre en charge les 20% restant ainsi que les suppléments de confort (chambre individuelle, téléphone, télévision...) et les éventuels dépassements d’honoraires des médecins et chirurgiens.
 

Résection d’un lipome : quelle mutuelle choisir ? 

Votre courtier comparateur Santiane.fr vous permet de choisir au mieux la mutuelle la plus adaptée à vos besoins, qui prendra en charge les frais potentiels -parfois invisibles- induits par une opération chirurgicale.
 
Nos téléconseillers experts sont à votre disposition pour vous guider gratuitement dans votre démarche, n’hésitez pas à les solliciter en remplissant ce court formulaire, ils vous contacteront sans tarder !