Expatriés : quelle assurance santé ?

Tenter une aventure professionnelle à l’étranger représente un défi stimulant, à condition toutefois de partir sans crainte pour votre assurance santé. Selon les conditions liées au poste que vous allez occuper, la Sécurité Sociale française va vous considérer comme un expatrié ou un simple détaché : les conséquences ne seront pas les mêmes.

Détachés, expatriés : des situations à distinguer

Quelle assurance santé pour les expatriés ?

Le travailleur détaché à l’étranger reste, statutairement, le salarié de son entreprise en France, qui continue à le rémunérer et à régler les charges sociales afférentes. De ce fait, et en tant que salarié détaché, vous continuez à être couvert par la Sécurité Sociale française pendant toute la durée de votre séjour.

Dans la plupart des cas, vous continuerez aussi à bénéficier des garanties prévues par votre mutuelle d’entreprise. Si ces dernières vous semblent insuffisantes, vous pourrez toutefois et au besoin souscrire une complémentaire santé internationale.

 

Le travailleur expatrié, en revanche, est directement embauché par une entreprise étrangère. Il perd son statut d’assuré auprès de la Sécurité Sociale française.

 

Une assurance santé à la carte pour les expatriés français

Un travailleur expatrié ne manque pas de solutions pour bénéficier d’une couverture sociale protectrice :

  • Si le pays d’accueil le permet, l’expatrié pourra tout d’abord s’affilier à une caisse locale d’assurance maladie, pour bénéficier du même traitement que les nationaux. Une option à ne considérer que dans les pays assurant un bon niveau de protection, ou si l’affiliation est obligatoire.
  • A défaut ou en complément, une affiliation à la Caisse des Français de l’Étranger (CFE) lui fera bénéficier des mêmes remboursements que la Sécurité Sociale française, sur la base des tarifs pratiqués dans l’Hexagone. Attention, cette adhésion ne dispense pas de payer l’assurance maladie locale si cette dernière est obligatoire !
  • Protection sociale insuffisante ou inexistante ? Dans ce cas, la démarche la plus rentable consiste à souscrire une assurance santé internationale « au premier euro », qui jouera à la fois le rôle de régime de base et de complémentaire santé.