Un enfant peut-il avoir un contrat de mutuelle à son nom ?

Un enfant peut-il avoir un contrat de mutuelle à son nom ?

Les enfants sont généralement rattachés aux contrats de mutuelle de l’un de leurs parents (ou des deux en cas de mutuelle familiale couvrant tous les membres du foyer).

Il est néanmoins envisageable, dans certains cas, de souscrire un contrat uniquement pour votre enfant mineur.

Pourquoi faire ce choix ? Comment choisir une bonne mutuelle enfant ? Suivez les conseils de votre courtier Santiane.fr !

Pourquoi souscrire une mutuelle pour votre enfant ?

Avec l’arrivée de la mutuelle d’entreprise obligatoire, vous bénéficiez à présent d’un contrat qui a été négocié par votre employeur… et que vous n’avez donc pas choisi. Si, pour votre part, vous n’avez d’autre choix que d’adhérer à ce contrat, vous pouvez en revanche décider de souscrire un contrat différent pour votre enfant, si vous en trouvez un qui convient mieux à ses besoins de santé ou à votre budget.

Il se peut aussi que vous ayez décidé pour vous-même de ne pas souscrire de mutuelle (un choix que l’on ne conseille pas soit dit en passant !), mais que vous souhaitiez en revanche couvrir votre progéniture. Dans le cas de parents divorcés, il peut aussi être compréhensible de décider de ne pas rattacher l’enfant à l’un ou l’autre de ses parents et d’avoir ainsi un contrat « indépendant ».

Comment choisir une mutuelle pour votre enfant ?

Il n’existe pas de contrat de « mutuelle enfant » spécifique, la formule qui vous sera proposée sera la même que pour un adulte. En terme de cotisation, on a l’habitude de considérer que plus on est âgé, plus on paie cher : dans le cas d’une souscription pour un enfant, malheureusement la cotisation ne sera pas plus faible que pour un adulte ! Par contre, vous pouvez considérer qu’étant données les dépenses de santé en moyenne plus élevées pour un enfant, la mutuelle sera plus vite amortie que dans le cas d’un adulte…
 


Bon à savoir

Certains assureurs refusent néanmoins de couvrir un enfant seul et imposent un âge minimum à 18 ans, renseignez-vous.


 

En termes de garanties, gardez en tête les spécificités des besoins santé d’un enfant. Par exemple, cela ne sert à rien d’investir dans une mutuelle qui est chère parce qu’elle propose un bon forfait maternité ou des garanties orientées « senior » (prise en charge des appareils auditifs, cures thermales et médecine douce).

En revanche, il peut être judicieux d’être plus exigeant sur les garanties hospitalières, notamment la prise en charge d’un lit accompagnant en cas d’hospitalisation. Même principe sur le remboursement de l’orthodontie, ou de l’optique s’il porte des lunettes : un enfant change en effet de lunettes plus souvent qu’un adulte, sa correction évoluant souvent au cours de l’enfance et de l’adolescence.