Grossesse : quels médicaments éviter ?

Si vous vous amusez à lire les notices qui accompagnent les médicaments, vous aurez remarqué que presque toutes précisent qu'en cas de grossesse, mieux vaut demander l'avis de son médecin avant utilisation. Cela signifie-t-il que les femmes enceintes doivent éviter tous les médicaments  ? Santiane vous donne la marche à suivre.

Les médicaments à proscrire en cas de grossesse

Certaines familles de médicaments sont indiscutablement proscrites ou fortement déconseillées au cours de la grossesse.
Il peut s'agir par exemple des médicaments suivants :

  • Anti-inflammatoires non stéroidiens (AINS) : par exemple l'aspirine, l'ibuprofène (en particulier après 5 mois)
  • Antibiotiques : cyclines, aminosides (réservés en cas de force majeure), quinolones (déconseillés)
  • Maladies de peau : traitements contre l'acné sévère (isotrétinoïne, type Roaccutane) en particulier en début de grossesse, traitements contre le psoriaris (acitrétine)
  • Médicaments contre la migraine : dérivés de l'ergot de seigle
  • Traitements contre l'épilepsie (acide valproïque), antidépresseurs (paroxétine)
  • Certains anticoagulants, antiarythmiques et bêtabloquants

Attention, la liste ci-dessus est purement indicative et n'a pas vocation à être exhaustive. Il existe une base de données complète éditée par le CRAT (Centre de Référence sur les Agents Tératogènes) avec laquelle vous pourrez vérifier, en entrant le nom du médicament concerné, s'il est déconseillé ou non aux femmes enceintes.
 

Médicament & grossesse : demandez toujours l'avis de votre médecin

 
Par principe, les laboratoires pharmaceutiques préfèrent déconseiller ou mettre en garde systématiquement contre l'utilisation de la plupart des médicaments en cas de grossesse. La raison est simple : aucun test n'est réalisé sur des femmes enceintes ! Les labos ne peuvent donc certifier que l'utilisation du médicament sera sans risque pour les consommatrices qui attendent un enfant.
Votre médecin sera donc le seul à même de pouvoir estimer si vous pouvez ou non "prendre le risque" d'utiliser tel ou tel médicament, en fonction de l'avancement de votre grossesse et de votre état personnel.
Dans tous les cas, ne pratiquez donc pas l'automédication et prenez le réflexe de consulter systématiquement votre médecin !