Pouce ou tétine : des facteurs de déformations dentaires

A l'occasion de son congrès du 7 novembre au Palais des congrès de Paris (de 9h à midi), la Fédération française d'orthodontie (FFO) ne manquera pas de rappeler que la tétine et le pouce représentent des facteurs de déformations dentaires, et qu'il faut songer à y mettre un terme dès les 3 ans de l'enfant. Selon l'un des organisateurs, le stomatologue Jean-Baptiste Kerbrat, ils se sont aperçus « que les enfants ont de plus en plus le pouce ou la tétine à des âges un peu surprenants, jusqu'à 5, 6, voire 8 ans ».

Certes, l'usage du pouce ou de la tétine est un rituel si rassurant et si réconfortant pour l'enfant, qu'il est particulièrement difficile pour lui d'y mettre un terme. Toutefois, le Dr Gisèle Delhaye-Thépaut estime que le meilleur âge pour tenter de faire perdre cette mauvaise habitude à un enfant se situe autour de deux-trois ans. En effet selon elle, « c'est un moment de sa vie où il développe d'autres sujets d'intérêt qui lui donnent de l'assurance ». D'autres sujets d'intérêt tels que la marche, la parole, l'entrée à l'école et le contact avec les autres. Ce qui facilitera le « deuil » du pouce et/ou de la tétine. A savoir que jusqu'à cet âge, les déformations dentaires peuvent encore régresser.

Parmi les plus grands méfaits de cette mauvaise habitude, l'on note chez les enfants qui tètent tardivement « un palais beaucoup plus étroit, plus creux, une mâchoire qui n'est pas assez large, donc forcément une mauvaise position des dents et des incisives beaucoup plus en avant », d'après Jean-Baptiste Kerbrat. Celui-ci d'ajouter qu'un quart des patients traités par les orthodontistes sont d'ailleurs d'anciens suceurs tardifs. A savoir qu'aux yeux des orthodontistes, la tétine est encore plus nocive que le pouce. En effet, selon le Dr Delhaye-Thépaut, "l'enfant comprend très vite que s'il ne la tète pas en permanence, elle tombera de sa bouche (?) il va donc téter vigoureusement, ce qui est mauvais pour le palais".

Si ces déformations dentaires concernent déjà votre enfant, il est possible d'envisager un traitement d'orthodontie pour tenter d'y remédier. Sachez néanmoins que ce type de soin peut être très onéreux. Une mutuelle orthodontie qui couvre bien ces dépenses peut s'avérer très utile dans ce cas.