Intoxication alimentaire : quelques astuces pour prévenir le risque

On décompte en France près de 700 000 intoxications alimentaires chaque année, qu'elles soient d'origine bactérienne, virale ou parasitaire. Pour prévenir au maximum les risques de contamination, voici quelques bonnes pratiques à adopter en termes d'hygiène et de conservation des aliments. 

Respectez la chaîne du froid en faisant vos courses

La bonne conservation des aliments débute dès le passage dans les rayons du supermarché ! En effet, il est recommandé de faire ses courses selon un ordre précis, en commençant par les aliments qui se conservent à température ambiante (boissons, épicerie sèche), les fruits et légumes, puis en poursuivant avec les produits frais, et en dernier les surgelés qui se résistent que 30 minutes en dehors du congélateur. 

Pensez à bien séparer les viandes, les volailles, les poissons et les fruits de mer crus lorsque vous les emballez, en les plaçant dans des sacs bien distincts.

Rangez malin dans votre frigo

A la maison, pensez à ranger immédiatement les produits frais au réfrigérateur. Placez la viande et le poisson sur la tablette inférieure (la plus froide), qui est la plus adaptée à leurs conditions de conservation.

Pensez aussi à vérifier les dates de péremption des produits déjà présents. Cela vous permettra de les trier, de mettre en priorité ceux dont la date de péremption est proche, et de jeter ceux qui sont abimés ou périmés.

Apprenez les règles de cuisson des aliments

La cuisson élimine les germes présents dans la nourriture, à condition d'atteindre une certaines température, qui varie selon les aliments. En guise d'exemple, la température minimale qui "garantit" l'absence de germes est de 71°C pour la viande hachée et autres pièces de boeuf. 74°C sont nécessaires pour la volaille en morceaux, contre 85°C pour la volaille entière.  

Sachez que le risque d'intoxication alimentaire est plus important en consommant des produits destinés à être consommés crus (viandes en tartare, poissons crus, fromage au lait cru par exemple), évitez donc d'en manger trop souvent. 

Attention aux nourissons et aux seniors !

Les personnes âgées et les nourissons ont un système immunitaire ammoindri et se déshydratent plus rapidement en cas d'intoxication. Une attention particulière doit être apportée à ces personnes en cas de contamination : mieux vaut dans le doute consulter un médecin, qui pourra décider d'une hospitalisation si le risque de déshydratation est trop important.

Si votre complémentaire santé ne rembourse pas l'intégralité des frais, ce serait dommage de devoir payer un séjour à l'hôpital à cause d'une contamination facile à éviter avec quelques gestes simples !