Mutuelle pas chère : les pré-requis pour choisir une mutuelle low-cost

Pour limiter leurs dépenses de santé, certaines personnes se tournent vers les offres de mutuelle low-cost, comme pour bien d’autres produits et services de nos jours. Toutefois, une mutuelle pas chère implique certains inconvénients, car bien évidemment, plus le prix est bas, plus les prestations seront légères. 

Le low-cost, c’est pour qui ?

 

Je ne suis "jamais malade" 

Il ne faut pas choisir une mutuelle low-cost sans avoir bien évalué au préalable vos besoins en santé et vos risques. Si vous n’allez que très peu chez le médecin, que vous ne portez pas de lunettes ou n’avez pas besoin de soins dentaires réguliers, ce type de contrat peut être très avantageux.

Mutuelle low-cost : dans quel cas est-ce intéressant ?

Généralement destinées aux personnes jeunes entre 20 et 40 ans, sans problèmes de santé, il existe ainsi des formules «  à la carte » qui vous permettent de ne payer que ce dont que vous avez besoin.

En effet, pourquoi payer un forfait optique défiant toute concurrence si vous n’avez aucun problème de vue ?

Ces formules ofrent en général une couverture correcte sur les dépenses les plus basiques (consultation, hospitalisation) mais proposent des garanties très légères sur les autres postes.
 

 

J'ai des besoins santé réguliers

Si vous avez un problème de santé particulier (problème de vue, besoins en dentaire), il sera déjà plus délicat de trouver une mutuelle low cost qui s'avèrera rentable. Si vous n'avez qu'un problème de vue et aucun autre souci de santé en parallèle, vous pourrez encore trouver une formule low-cost dont les garanties sont performantes sur l'optique mais légères sur le reste (dentaire, dépassements d'honoraires ou pharmacie par exemple). A vous de voir ce que vous préférez ne pas assurer.

En revanche, si vous avez besoin de remboursements en optique et en dentaire, souscrire une complémentaire santé low-cost sera difficilement rentable. 

Pensez aussi à en changer lorsque votre situation de famille évolue : une mutuelle low-cost sera rarement intéressante lors d’une grossesse, par exemple.

 

Quels risques ? Que vérifier avant de souscrire ?

Si vous vous sentez suffisamment protégé avec une mutuelle aux garanties minimum, vous devez toutefois vous assurer d’avoir une garantie suffisante en cas de coup dur (accident). En effet, s’il est toujours possible de sortir la vingtaine d’euros d’une consultation de sa poche, les frais d’hospitalisation, surtout sur plusieurs jours, peuvent quant à eux rapidement vous mettre en difficulté. D’ailleurs, certaines mutuelles proposent des contrats dès 5€/mois, qui ne couvent que les frais d’hospitalisation. C’est une bonne solution pour prévoir une mauvaise surprise, surtout si vous n’êtes « jamais malade ».

En fonction de vos besoins, prêtez également attention aux éventuels plafonds de prise en charge, notamment sur les postes optiques et dentaires. 

Autre danger : les clauses exclusives. Si une mutuelle low-cost semble vous proposer des garanties très proches d’une assurance classique, nous ne saurons que trop vous conseiller de vous pencher sur les petites lignes. En effet, certaines complémentaires santé n’hésitent pas à exclure des cas particuliers pour "rentabiliser" leur tarif.