Les choses à faire (et à ne pas faire) en cas de forte pollution

Les choses à faire (et à ne pas faire) en vas de forte pollution
 

Dernièrement, l’institut Santé Publique France nous rappelait les dangers de la pollution sur notre santé : en juillet 2016, la pollution atmosphérique était à l’origine de 48 000 décès prématurés en France, soit un décès sur 12.
 
Les épisodes de pics de pollution sont de plus en plus courants. Etes-vous pour autant bien au courant des chose à faire (et à ne pas faire) pour préserver votre santé ?
 
Pour vous aider à cohabiter au mieux avec la pollution, votre comparateur de mutuelles Santiane.fr vous récapitule les règles à suivre en cas de forte pollution.
 
 

DES DEPLACEMENTS EN VOITURE À LIMITER AU MAXIMUM

Règle numéro 1 : limiter vos déplacements en voiture. Cela permettra à la fois de réduire les émissions de particules fines et de limiter votre exposition à la pollution. Aussi surprenant que cela puisse paraître, les automobilistes sont plus exposés que les piétons et cyclistes. En effet, ceux-ci sont au contact direct des pots d’échappement des autres voitures, et l’habitacle confiné de la voiture a tendance à accumuler la pollution.
 
Prenez plutôt les transports en communs, et éventuellement votre vélo si vous ne roulez pas à proximité de grands axes routiers. Si vous devez absolument utiliser votre voiture, pensez à aérer de temps en temps, même si vous utilisez la climatisation.

N’ARRETEZ SURTOUT PAS D’AERER VOTRE LOGEMENT !

Même si l’air est particulièrement pollué, continuez à aérer votre logement chaque jour, au moins 15 minutes. L’air intérieur est souvent plus pollué chimiquement que l’air extérieur. Vous mettrez donc votre santé en danger en arrêtant subitement d’aérer.
 
Il convient juste de faire attention aux horaires : l’air est moins chargé en particules lorsqu’il est plus frais. Aérez pendant les périodes les plus fraiches de la journée, c’est-à-dire le matin ou le soir, et surtout pas l’après-midi !
 
Le reste du temps, et en particulier les après-midis, fermez portes, volets et fenêtres. En cas de forte chaleur, placez des draps devant vos fenêtres et aspergez-les d’eau fraiche : vous rafraichirez l’intérieur et rendrez l’air plus sain.
 
Autre conseil : n’hésitez pas à orner votre intérieur de plantes. En plus de rendre votre espace plus agréable, elles permettront de réduire la pollution de votre intérieur, notamment en absorbant les émanations toxiques. Cactus, plantes grasses, lierre et autres, vous avez l’embarras du choix.

FREINEZ VOS PRATIQUES SPORTIVES EXTERIEURES… OU ADAPTEZ-LES

Faire du sport durant les périodes de forte pollution est dangereux pour votre santé.
 
Durant les efforts, vous avez besoin de plus d’oxygène et la quantité d’air que vous inspirez augmente fortement, y compris l’ingestion de particules fines. Limitez donc votre pratique du sport durant ces périodes, en particulier si votre activité physique a lieu près de grands axes routiers et aux heures de pointe (vélo au milieu des embouteillages, footing en ville, …).
 
Cependant, si vous êtes un accro au sport, nous vous conseillons d’en faire loin des axes routiers : favorisez les parcs, les forêts, les champs. Evitez également les efforts pendant les heures de forte pollution. Pour ce faire, privilégiez la pratique du sport la matin et le soir.
 
Enfin, si vous en avez la possibilité, n’hésitez pas à faire du sport en intérieur.

PENSEZ AUX ALIMENTS ANTIOXYDANTS

La consommation d’aliments antioxydants est recommandée durant les périodes de forte pollution. En effet, les particules fines des polluants ont la particularité d’oxyder l’organisme.

Mangez donc des petits fruits (myrtilles, mûres, canneberges, framboises, fraises, grenade et fruits secs), ainsi que des fruits et légumes très colorés (poivrons, aubergines, brocolis, artichauts).
 
Les aliments contenant de la vitamine C sont également fortement recommandés.

OUBLIEZ LE MASQUE, IL NE VOUS PROTEGE PAS

Contrairement aux idées reçues, les masques ne sont d’aucune efficacité contre la pollution. Les particules sont trop fines pour être retenues par le tissu de ceux-ci : elles passent donc à travers.
 
Les masques ne sont en fait efficaces que pour retenir les bactéries et les postillons. Ne vous encombrez donc pas d’un masque peu confortable, peu esthétique et qui vous donnera chaud !